C’est quoi le sevrage alcoolique ?

La consommation de l’alcool est haram dans certaines religions. Pourtant, l’alcool protège le cœur et permet de limiter les risques du diabète lorsqu’il est consommé avec modération. Le cas contraire, le consommateur est exposé à graves maladies. Aussi, dès qu’il aura cessé ou réduit le taux d’alcool, il y a de fortes chances que le consommateur soit victime d’un sevrage alcoolique. De quoi s’agit-il concrètement ? Éléments de réponse.

Qu’est-ce que le sevrage alcoolique ?

Le sevrage alcoolique est aussi connu sous le nom de syndrome de sevrage alcoolique. Il regroupe tous les symptômes pouvant survenir après un arrêt ou une réduction de la consommation d’alcool. Mais, cela se produit à condition qu’il y ait eu en amont une période de consommation excessive d’alcool. Que la réduction soit involontaire ou planifiée, le mécanisme entraine une réduction de la capacité à répondre des récepteurs GABAA précisément dans le cerveau.

Lire également : Comment perdre du ventre naturellement ?

Quels sont symptômes du sevrage alcoolique ?

Il existe de nombreux symptômes qui permettent de diagnostiquer le sevrage alcoolique. Ceux-ci peuvent survenir dans une durée comprise entre 4 et 96 heures suite à l’arrêt de la prise d’alcool. En effet, les symptômes liés au sevrage alcoolique prennent leur envol précisément dans le système nerveux central. Cependant, la forme grave du mal peut entrainer deux types de symptômes à savoir les symptômes légers et graves. Dans la première catégorie, on peut retrouver l’anxiété et des troubles du sommeil. Dans le second cas, il s’agit du délire, de l’instabilité du système nerveux autonome et des hallucinations.

Par ailleurs, pour diagnostiquer le sevrage alcoolique chez un patient ayant réduit ou arrêté la consommation d’alcool, deux symptômes sont recherchés dans la liste suivante :

A lire également : Pourquoi stresse-t-on le soir ?

  • Les hallucinations transitoires : tactiles, auditives ou visuelles ;
  • L’anxiété ;
  • L’insomnie ;
  • Les crises d’épilepsie généralisée tonico-cloniques ;
  • L’agitation psychomotrice ;
  • L’instabilité du système nerveux autonome ;
  • La nausée ou les vomissements.

Comment traiter le sevrage alcoolique ?

Certains cas de sevrage alcoolique nécessitent une admission à l’hôpital. Ainsi, il est possible qu’on lui administre des médicaments afin de traiter les symptômes. Des groupes de conseils et d’accompagnement peuvent aussi aider le médecin à contrôler le patient afin qu’il ne se remette plus à l’alcool. Le traitement médicamenteux existe sous trois types. D’abord, le patient peut être mis sous des produits anxiolytiques. Cela lui permettra de soulager la tension et l’anxiété. Il pourra ainsi retrouver le sommeil. Ensuite, on a le traitement sous sédatif pour faire somnoler le patient, le calmer et émousser ses sens. Enfin, on a le traitement à la vitamine qui optimise le fonctionnement de l’organisme. Il permettra au patient de retrouver progressivement sa forme normale.